BLOGUE
  • Méthode MPC

Lettre au pervers narcissique

Mis à jour : 31 janv 2019

Par Marie Pauline Chassé


Toi, le pervers narcissique, je t’écris cette lettre pour t’exprimer ce que j’éprouve à ton égard.


Lorsque tu es entré dans ma vie, je n’ai pas vu ton jeu. Tu te camouflais si bien derrière le déguisement de l’enjôleur! Tu m’as charmée. Tu m’as envoûtée. Tu as su trouver rapidement comment m’atteindre en détectant mes faiblesses et tu les as utilisées pour prendre le contrôle de mon identité.

Tu avais un don extraordinaire pour m’hypnotiser afin que je ne voie pas tes comportements. Je t’ai laissé me contrôler. J’ai agi en aveugle. Par amour, je me suis donnée à toi totalement. Le plus surprenant, c’est que je ressentais que quelque chose n’allait pas, mais je ne voulais pas le voir. Je ne voulais pas le savoir. Je voulais tant être aimée que j’ai préféré me fermer les yeux.


J’ai attendu trop longtemps avant d’agir. Ça t’a permis de me posséder encore plus. Tu m’as injecté ton venin. Tu m’as jeté un sort. Je me suis laissée enterrer vivante par tes conditionnements et ta manipulation. Je suis devenue ton esclave, un robot avec lequel tu pouvais faire tout ce que tu voulais. J’ai complètement perdu ma confiance en moi. Mon estime de moi s’est envolée et je me suis retrouvée cassée en mille morceaux. Mon âme était euthanasiée. J’étais détruite. J’ai vraiment cru que plus rien, jamais, ne pourrait me ramener à la vie.


Le pire dans cette histoire, c’est que tu avais aussi un autre don. Celui de passer pour une bonne personne, intelligente, serviable, honnête et bienveillante. Personne n’aurait pu se douter que tu étais, en réalité, un tel monstre.


Aujourd’hui, je sais que j’ai pris la seule décision que je pouvais prendre pour survivre. Ça n’a pas été facile. J’étais terrifiée. La peur me paralysait. Mais je savais que je devais absolument te quitter si je voulais parvenir à me retrouver et à me sentir vivante à nouveau.


JE ME SUIS CHOISIE!


Tu pensais que jamais je n’aurais la force de te défier?

Tu t’es trompé.

Tu croyais que je serais ton pantin toute la vie?

Tu as eu tort.


Malgré le fait que je me croyais morte, je me suis accrochée à une toute petite lumière en moi. Je me suis mise à croire en elle. C’est en m’y accrochant qu’est apparu l’espoir. Ce mot que j’avais banni, m’imaginant qu’il n’existait que pour les autres. L’espoir m’a poussée à tenir le coup. L’espoir m’a aidée à ramper jusqu’au chemin où des personnes bienveillantes m’attendaient pour m’aider à me relever et à me sortir de ton emprise.


C’est complètement fou, mais, même après tout ce que tu m’avais fait subir, je me suis sentie coupable de te quitter. Cependant, ce malaise n’a pas duré. La pensée de voir tes tentacules me prendre pour me ramener à toi m’a aidée à revenir à la réalité que je devais me choisir à tout prix.


Longtemps je t’ai détesté. Je t’ai tué dans mes rêves endormis ou même éveillés. Je t’ai assassiné plus d’une fois. Cependant, j’ai réalisé que de te haïr me faisait rester à côté de toi. Ainsi, je te retenais, et ça, il n’en était pas question.


Non sans difficulté, j’ai appris à accepter la réalité telle qu’elle a été, puisque je ne pouvais pas la changer. J’ai fini par accepter d’avoir mordu à l’hameçon et de m’être laissée dominer par toi. Cela m’a demandé vraiment beaucoup d’efforts et de courage, mais j’y suis arrivée.


Aujourd’hui, j’ai retrouvé ma confiance en moi. J’ai repris mon identité. Cela ne me sert à rien de m’en vouloir, puisque ce passé est derrière moi. J’ai fait ce que j’ai pu avec les moyens que j’avais. Maintenant, je m’accroche à ce qu’il y a devant moi, et pour y arriver, je vis intensément mon moment présent.


Un nouvel horizon s’ouvre à moi. Je sais que mon étoile me guide vers ma voie. J’ai changé ma destinée grâce à ma volonté et ma persévérance.


Je suis convaincue qu’il est possible à tous d’y arriver. Il s’agit d’y croire.


Au revoir.