BLOGUE
  • Méthode MPC

Lettre au suicide

Mis à jour : 4 déc. 2018


Par Marie Pauline Chassé



Jamais je n’aurais pensé que toi, le suicide, tu allais un jour, frapper à ma porte.

Et toi que j’aimais, je n’aurais jamais imaginé un seul instant que tu aurais osé faire ça. Depuis quelques temps, ça n’allait pas mais de là à t’enlever la vie…!

J’ai essayé de te réconforter et de te parler. Tu étais fermé. Tu avais l’air d’une tortue entrée dans sa carapace, sentant un danger imminent.


Que s’est-il passé?

Pourquoi as-tu fait ça?

C’est injuste.

Tu m’as trahie.


Tu avais des responsabilités et tu ne les as pas respectées.

Tu as été cruel. Tu m’as enfoncé un couteau en plein cœur. Je suis démolie. Anéantie. Je m’effondre sur le sol perdant tout contact avec la réalité. J’ai l’impression d’avoir été percutée par un camion tellement j’ai mal partout. Mon corps est déchiré comme s’il s’était séparé en deux. Je crie, j’hurle ma détresse. Je crois que c’est moi qui suis morte.



Je t’ai tant aimé. Cependant, aujourd’hui, je te le jure, je te hais. Je t’en veux tellement. J’ai l’impression que de garder la colère en moi, me fait sentir que tu es encore vivant. Comme si je voulais te retenir en te haïssant.


J’ai l’impression d'être dans un mauvais rêve et quand je vais me réveiller, tu seras là, devant moi. Tu me feras un sourire et tu me prendras dans tes bras. Mais… je me suis réveillée ce matin et ça m’a frappée en plein visage et en plein cœur. Ce n’était pas un rêve. Tu es bel et bien parti.


Vais-je t’en vouloir toute ma vie? Vais-je guérir de cette malédiction qui m’a été infligée? Je n’ai aucune réponse. J’aimerais avoir une boule de cristal pour voir si je me sortirai de cette impasse. Si au moins tu m’avais laissé un message. Un simple petit morceau de papier avec un simple petit mot d’explication. Mais non. Rien.



Je n’ai pas le choix. Je dois faire mon propre scénario. J’ai décidé de m’imaginer que tu nettoyais ton fusil. Ça fait mon affaire car, de cette manière, je souffrirai moins si je crois que c’était un accident. Néanmoins, au fond de moi, je sais que c’était volontaire. J’essaie de toutes mes forces de m’éloigner de cette réalité. Un accident, c’est mieux pour moi, du moins, pour le moment. Ça me permettra de survivre en attendant que je remonte à la surface de l’eau.


Et peut-être qu’un jour, je te pardonnerai. Je l’espère.


À toi qui lis cette histoire, si tu as des idées noires et que tu crois que le seul moyen de t’en sortir est de t’enlever la vie, penses-y bien puisque ton geste aura d’énormes répercussions sur ceux qui t’aiment.

Ils seront stigmatisés pour le reste de leur vie. Et toi, tu auras passé à côté de te donner la chance de t’en sortir. Je t’en prie, ne fais pas ça. Ne sacrifie pas ta vie pour la souffrance que ton âme ressent. Tourne-toi vers elle et délivre-là du mal. Demande de l’aide. N’aies pas honte. Crois-moi, c’est de cette façon que tu ne souffriras plus. Pas en t’enlevant la vie.